APPROCHE DU COLEACP

10 PRINCIPES D’INTERVENTION

Appropriation locale

Pas de substitution aux acteurs locaux

Investissement dans l’expertise et les ressources humaines locales

Mise en commun des problèmes et solutions / Economies d’échelle

Intervention basée sur la demande / Partage des coûts

Approche participative

Coopération Sud-Sud

L’export comme facteur de modernisation

Relation structurée entre les opérateurs locaux de la chaîne de valeur

Accent transversal sur les jeunes et l’égalité des genres

Une approche durable basée sur 3 piliers : charte, formation et auto-évaluation

Ceci offre un cadre simple pour l’amélioration continue, en se concentrant sur l’analyse de cas afin que l’adoption de bonnes pratiques facilite non seulement l’accès au marché, mais aide réellement les fournisseurs à gérer des entreprises plus efficaces, plus rentables et plus résilientes. Ce cadre se compose de trois éléments centraux :

APPROCHE DU COLEACP À MADAGASCAR

STRATÉGIE D’APPUI

Le COLEACP est actif à Madagascar depuis près de 20 ans, à travers ses programmes d’assistance technique successifs (PIP 1, PIP 2, EDES et aujourd’hui FFM et FFM-SPS). Si la filière litchi, fer de lance des exportations de produits horticoles frais de Madagascar vers l’Europe, a longtemps bénéficié de l’appui du COLEACP, d’autres filières de produits frais (légumes) et transformés ont émergé et sont désormais bénéficiaires de l’assistance technique et des services de l’Association. Ainsi, le secteur de la transformation de fruits ou de légumes, longtemps dominé par une entreprise (légumes en conserve) s’étoffe de nouvelles initiatives et de nouveaux produits (jus et pulpe de fruits, fruits séchés, fruits surgelés, confitures …).

Le volume des activités d’appui dans le pays dépend du nombre de demandes émanant des parties prenantes de la filière horticole malgache. 24 demandes d’intervention ont été reçues à ce jour provenant d’opérateurs privés (17 structures de production et/ou de transformation, 4 prestataires de services, une ONG) et de l’École Supérieure des Sciences Agronomiques d’Antananarivo (utilisation de la plateforme de formation à distance pour les étudiants dans le cadre de leur cursus). 23 protocoles d’entente ont d’ores tandis que la dernière demande, émanant du Symabio est encore en analyse.

Afficher plus

PARTENARIATS

A Madagascar, le COLEACP s’appuie sur un relais national, M. Eddy RANDRIAMIHAJASOA, pour le suivi et la mise en œuvre des activités prévues par l’association et ses programmes d’assistance technique.

Développer des partenariats est un moyen de garantir une utilisation efficace des fonds et la non-duplication, c’est aussi un moyen d’apporter une réponse aux besoins exprimés par les acteurs des filières concernés, lorsque ces besoins dépassent le cadre du COLEACP et ses attributions actuelles.

Des contacts ont été établis avec la GIZ qui met en œuvre plusieurs programmes à Madagascar : le Projet PRADA avec la Chambre d’Agriculture (notamment sur les filières oignons et gingembre dans le sud du Pays, le Projet PAGE avec le Ministère de l’Environnement dans le Nord du pays et la Cellule de Coordination du Secteur Privé du programme DevPPP qui appuie certaines entreprises individuellement.

Contacts établis également avec le Programme RINDRA, cofinancé par l’UE, qui intervient en appui institutionnel aux MAEP et MEDD (Ministère de l’Environnement et du Développement Durable) et en particulier avec l’Assistant Technique SPS. Des échanges avec la DUE ont également porté sur le programme PADEIR (en démarrage) et le Programme Régional « Sécurité Alimentaire » avec la COI, en phase de formulation.

Des contacts ont en outre été pris avec le Programme sous régional PRESAN de la COI (co-financement FIDA/FAO), le projet CASEF (Projet de croissance agricole et de sécurisation foncière – financement Banque Mondiale), le Cadre Intégré Renforcé de l’OMC ou encore le programme PROSPERER (Programme de soutien aux pôles de Micro-entreprises rurales et aux économies régionales – seconde phase – Financement FIDA) .

Dans la mesure du possible, des synergies seront notamment développées sur les filières fruits et légumes.

Translate »